Rapport du pasteur Olav Fykse Tveit sur les activités des Églises en faveur de la justice et de la paix

3.09.12

Le secrétaire général du COE Olav Fykse s’adresse à la session du Comité central du COE en Crète.

Le Conseil œcuménique des Églises (COE) «est défini par les trois mots clés qui composent son nom. Nous nous  situons  au niveau mondial, nous sommes présents sur tous les continents, et par conséquent aussi en solidarité réciproque, recherchant la paix dans toute sa signification pour toute la terre habitée», a déclaré le secrétaire général du COE, le pasteur Olav Fykse Tveit.

 

Il est temps, a-t-il dit, de «moissonner les fruits» de la vie et du travail œcuméniques, et de «réfléchir sur ce que nous avons appris» depuis la Neuvième Assemblée du COE à Porto Alegre, Brésil, en 2006.

 

Le secrétaire général du COE présentait en ces termes, le 29 août, son rapport au Comité central, principal organe de décision du COE, qui est chargé de réfléchir et de délibérer sur les activités présentes et futures du Conseil, de corriger le cap s’il y a lieu, mais aussi de reconnaître et de célébrer ses réalisations.

 

La session du Comité central se déroule actuellement à l’Académie orthodoxe de Crète à Kolympari, Grèce. Il s’agit de la dernière réunion de l’actuel Comité central avant la Dixième Assemblée du COE qui se tiendra à Busan, Corée, en 2013.

 

Depuis la précédente session du Comité central en 2011, a noté le pasteur Tveit, le thème de la prochaine Assemblée «Dieu de la vie, conduis-nous vers la justice et la paix» inspire les orientations des programmes du COE.

 

Le secrétaire général a commenté les résultats du Rassemblement œcuménique international pour la paix (ROIP) qui s’est déroulé en mai 2011 en Jamaïque. Inspirés par les Églises de la Jamaïque, a-t-il indiqué, les participantes et participants ont acquis «une motivation théologique, morale et spirituelle renouvelée pour s’unir dans l’appel à une paix juste.»

 

Il a réfléchi à la signification du thème «justice et paix», et souligné l’importance de «l’intervention commune de l’Église en tant que communauté d’artisans de la paix et du mouvement œcuménique en tant qu’instance unificatrice de différentes initiatives de paix».

 

Le secrétaire général a aussi donné des informations sur le soutien apporté par le Conseil aux Églises de Syrie, du Soudan, du Pakistan, de Papouasie indonésienne, et du Nigéria. Il a mentionné les initiatives œcuméniques en rapport avec la situation des droits humains dans ces pays.

 

Exprimant son inquiétude à propos des Églises placées dans des situations de conflit, le pasteur Tveit a dit que «les chrétiens du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord ne devraient pas se sentir isolés au sein de la communauté fraternelle des Églises, en particulier lorsqu’ils trouvent, avec nous, que la présence chrétienne dans cette région est en danger pour diverses raisons.»

 

Il a aussi invité instamment les Églises à se pencher sur les problèmes liés à la crise financière en Europe, et estimé particulièrement significatif que le Comité central se réunisse en Grèce, pays qui est directement et durement confronté à la crise.

 

Il a aussi mentionné l’unité, «don de vie et d’amour» pour les Églises. «Nous sommes appelés à transmettre cela là où nous vivons, a-t-il dit, et même à porter le souci de l’unité de la création où nous respectons l’équilibre de la vie et ses dimensions et conditions les plus vulnérables.» Il a ajouté que la tendance à travailler pour quelques-uns plutôt que pour le plus grand nombre est un défi lancé à l’unité.

 

Il a mentionné l’élaboration en cours d’une déclaration sur la progression des efforts en direction de l’unité des chrétiens, qui sera présentée à la Dixième Assemblée du COE.

 

Parlant de la nouvelle conception de «la mission et l’évangélisation» issue d’une récente conférence du COE sur ce thème, le secrétaire général a fait l’éloge de l’inclusion d’aspects tels que la «mission dans la vie», impliquant les notions de «centre» et de «marges» qui, selon lui, répondent aux réalités actuelles.

 

«Le COE joue un rôle important dans le cadre d’une réflexion œcuménique plus large portant sur la définition de la mission et de l’évangélisation et sur le lancement d’initiatives dans ces domaines, a-t-il déclaré. Nous sommes porteurs d’un héritage fait d’importants débats sur la mission; mais nous représentons aussi toute une palette de traditions et de pratiques des Églises en mission dans leur vie courante.»

 

Dans sa conclusion, le secrétaire général a distingué la «paix juste» comme une composante essentielle de l’orientation stratégique du travail du COE. Il a souligné combien il est important de définir des priorités pour l’avenir et de prendre en compte la «valeur unique» des programmes du COE.

 

Entre autres choses, il a également mentionné le rôle moteur du Conseil dans les initiatives interreligieuses, les interventions communes sur les questions touchant la pauvreté, la richesse, l’écologie et l’eau, de même que l’encouragement de la participation des jeunes et le développement des ressources éducatives à l’Institut œcuménique de Bossey, en Suisse.

 

Texte complet du rapport du secrétaire général

 

Plus d’informations sur la session du Comité central

 

Des photos haute résolution sont disponibles à l’adresse photos.oikoumene.org