La Corée se déclare prête à accueillir le COE

3.09.09

L’Assemblée sera accueillie au centre d’exposition et de congrès BEXCO à Busan en Corée. Photo:

Une ville en bord de mer, l’occasion d’être témoins pour la paix et la réconciliation, l’engagement d’impliquer la plus grande diversité possible d’Églises de la région: ce sont quelques-uns des points qui ont permis le choix de Busan, Corée du Sud, comme lieu de la 10e Assemblée du Conseil œcuménique des Églises.

 

Le Comité central du COE a choisi Busan comme implantation de sa 10e Assemblée en 2013: la région dans son ensemble est impatiente d’accueillir l’événement.

 

«C’est vraiment une grande joie que d’inviter l’Assemblée du COE en Corée», a déclaré le pasteur Jong-Wha Park, directeur du comité international du Conseil national des Églises en Corée du Sud, «vous pouvez expérimenter là-bas combien l’œcuménisme est vaste».

 

Il a formulé l’espoir que la présence du COE pourrait «contribuer grandement à une réconciliation et une réunification pacifiques de la péninsule coréenne».

 

L’Assemblée sera accueillie au centre d’exposition et de congrès BEXCO, qui a déjà accueilli la phase finale de la Coupe du monde de football 2002 et la rencontre des dirigeants économiques de la Coopération économique pour l’Asie-Pacifique (APEC) en 2005. D’après la présentation publicitaire du Centre, son hall d’exposition principal est vaste comme trois terrains de football réunis.

 

«Chacun des lieux que nous avons visité présentait des difficultés à surmonter et offrait des possibilités qui nous ont fait rêver», a dit Douglas Chial, secrétaire exécutif du COE pour le programme Église et relations œcuméniques et coordinateur de la 9e Assemblée du COE en 2006. «Maintenant que nous sommes tournés vers l’organisation de l’Assemblée à Busan, nous allons à la rencontre d’une ville enthousiasmante qui nous accueille, de capacités techniques excellentes et de nombreux potentiels. Maintenant, nous pouvons diriger nos rêves vers Busan.»

 

Chial avait rejoint le comité chargé de visiter les quatre régions où les Églises avaient formulé une invitation pour l’Assemblée. Le Conseil national des Églises en Corée (NCCK) avait envoyé l’invitation pour Busan au nom de toutes ses Églises membres, dont quatre sont membres du COE.

 

Busan, à la pointe Sud-Est de la péninsule coréenne est la deuxième plus grande ville de Corée du Sud et compte plus de 4 millions d’habitants. Un aéroport international permet des liaisons vers toute la Corée et la plus grande partie de l’Asie orientale, ainsi que vers Hawaï et d’autres destinations du Pacifique.

Vers une Assemblée élargie ?

 

Le Comité central du COE a discuté de la «nature et du style» de la prochaine Assemblée pour faire suite à une demande de la 9e Assemblée qui s’était tenue à Porto Alegre au Brésil pour que les Assemblées futures soient «un espace [œcuménique] plus vaste». L’enjeu principal est de savoir s’il est possible d’offrir une place aux autres communions d’Églises mondiales et partenaires œcuméniques à ce qui constitue l’événement le plus important pour le COE, et comment cela pourrait se faire?

 

Une commission de discernement pour l’Assemblée avait été mise en place en février 2008 sous la conduite du Métropolite Gennadios de Sassima, vice-président du Comité central. Dans un rapport présenté au Comité central à Genève le 27 août, la Commission de discernement fait dix recommandations. Parmi celles-ci figure un appel à rendre la prochaine Assemblée «ouverte et plus invitante afin de permettre une participation accrue et une interaction plus grande avec le mouvement œcuménique le plus large possible». Cette Assemblée devrait être centrée sur la question des «relations» ; entre les Églises membres, d’une part, et avec les partenaires œcuméniques, d’autre part.

 

Pour la pasteure Heike Bosien de l’Église protestante d’Allemagne, membre de la commission: «Nos assemblées œcuméniques sont des points culminants. C’est la face visible de notre ‘être ensemble’, manifestant notre communion les uns avec les autres – fraternité et sororité humaine». L’enjeu, a-t-elle déclaré, est de savoir «qui est autorisé à entrer dans la tente».

 

La Commission de discernement a suggéré d’impliquer les partenaires œcuméniques lors des séances plénières de l’Assemblée et de «développer des ponts» entre les différentes facettes de l’Assemblée afin d’augmenter les interactions et les apports entre tous les groupes présents. D’autres recommandations ont été faites concernant les questions de gouvernance et les processus d’élections/nominations lors de l’Assemblée.

 

Les délégués ont fait entendre de nombreux points de vue quant aux enjeux autour des recommandations de la commission de discernement, entre les tenants d’une acceptation plus large de l’œcuménisme et les tenants du maintien d’une voix bien distincte du COE. La discussion se prolongera lors des prochaines rencontres.

 

La diversité des Églises et le contexte interreligieux de la Corée ont été cités parmi les points forts de la candidature de Busan par le comité de visite ainsi que le «nouvel horizon» de tenir une Assemblée en Extrême-Orient pour la première fois, la force des communautés locales, et l’espoir d’une unité pour la Péninsule.

 

Park a réitéré la proposition du comité de pilotage local d’inviter des Églises Nord-Coréennes à l’Assemblée et de promouvoir le dialogue et la coopération dans les années de préparation. Il a également signifié son désir de voir des Églises évangéliques et pentecôtistes, ainsi que d’autres groupes religieux de Corée du Sud, être présentes à l’Assemblée. Nombre de ces Églises se sont jointes aux Églises-membres du COE pour lancer une invitation commune plus large à recevoir l’Assemblée.

 

L’esprit de coopération pourrait être un témoignage particulièrement puissant à Busan, d’après Park, qui a pointé que la ville n’avait encore jamais été le centre d’une activité œcuménique particulière.

 

Park en a rit : «Nous essayerons d’œcuméniser cette communauté! C’est une grande chance!»

 

Chial a précisé que la participation de groupes au-delà des membres du COE serait déterminée par le Comité central et par son travail en lien avec le Comité de planification de l’Assemblée. Il a cependant souligné que la composition des Assemblées avait toujours été croissante et changeante.

 

«Lors des Assemblées passées nous avons vu une participation croissante des Églises évangéliques et pentecôtistes sur invitation du Comité central», a-t-il ajouté. «Il y a de nombreuses possibilités pour cette Assemblée».

 

Information : «La 10e Assemblée du COE se tiendra en Corée»

 

Plus de renseignements sur le Comité central 2009

 

Photos à haute résolution disponibles gratuitement

 

Eglises membres du COE en Corée du Sud