Plan d'action coordonné

En novembre 2001, lors du Colloque mondial sur les réponses oecuméniques aux problèmes posés par le VIH/sida en Afrique, qui s'est tenu à Nairobi, des dirigeants d'Eglise d'Afrique et des responsables d'organisations oecuméniques internationales et africaines ont élaboré un Plan d'action coordonné.

Par ce Plan d'action, les Eglises se sont notamment engagées à:

  • condamner toute discrimination et toute stigmatisation des personnes vivant avec le VIH/sida;
  • veiller à ce que les personnes vivant avec le VIH/sida soient soutenues et qu'elles participent aux activités de l'Eglise en tant qu'ils en constituent une ressource essentielle;
  • favoriser la diffusion d'informations exactes sur le VIH/sida, modifier les nouveaux programmes des institutions d'enseignement théologique, élaborer des programmes d'enseignement fondés sur la participation, aider les femmes et les jeunes filles à faire valoir leurs droits, éduquer les hommes pour les inciter à modifier leur comportement, et assumer la responsabilité qui leur incombe de confiner la propagation du VIH/sida;
  • élaborer des programmes d'enseignement et des documents pédagogiques consacrés au VIH/sida pour les diffuser à tous les niveaux de l'Eglise;
  • à donner à une nouvelle génération de dirigeants d'Eglise les moyens d'engager les Eglises sur les problèmes liés au VIH/sida;
  • promouvoir des moyens efficaces de prévention et des pratiques telles qu'elles permettront de sauver des vies;
  • encourager les gens à passer volontairement des tests et à recevoir une aide socio-psychologique;
  • soutenir les structures existantes qui proposent des soins et une assistance socio-psychologique et mettre en place, au niveau des communautés, un mouvement qui s'occupera des personnes vivant avec le VIH/sida;
  • encourager les paroisses à mettre à disposition des bâtiments et des terrains qui pourront servir à soutenir, soigner et assister les personnes vivant avec le VIH/sida;
  • aider les paroisses locales à s'occuper des groupes vulnérables, en particulier des enfants, des orphelins, des veufs/veuves et du personnel soignant; encourager et soutenir des réseaux de membres du clergé qui ont une attitude positive vis-à-vis du VIH/sida;
  • réclamer l'accès aux centres de soins de santé, aux antirétrovirus (ARV) et à la prévention de la transmission de la mère à l'enfant.